Jeff Carrel

02 septembre 2011

Puydeval 2009 encore une fois une valeur exceptionnelle

eRobertParker.com
# 196


Aug 2011             David Schildknecht         89

Drink: 2011
- 2012            $11-$14 (14)

With apologies to those growers in the nearby Cabardes appellation whom I did not
visit or whose wines I have not had chance to write-up for a Wine Advocate
report, I take the liberty of singling-out oenologist-negociant Jeff Carrel’s
2009 Puydeval – a blend of Cabernet Franc with some Syrah and Merlot grown near
Carcasonne – because it once again offers outstanding value
such as I cannot over-look. (And yes, geographically this ought to have been
reported on in issue 195.) Having enjoyed ten months rather than the full year
in barrel granted its two predecessors, this hasn’t suffered. Scents of machine
oil, cherry, and scrub on the nose usher in a palate of polished, even silken
texture possessed of generously juicy dark cherry tinged with the bitterness if its pit
as well as cocoa powder and pungent herbs. This strong-finisher should perform
admirably for at least the next 18 months.

Posté par jeff carrel à 07:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


19 août 2011

Quand il faut qu'un Journaliste Américain parle juste de Puydeval

peut-être un jour un journaliste français...

 

Appel on Wine: Latest vintage adds to Puydeval's legend

 

By JOE APPEL

I recently got in over my head writing publicly about an issue that involves many different people. Of the myriad lessons relearned from that experience, perhaps these are the most lasting: Write only from direct personal experience, respect your readers and choose contexts appropriately.

I try to write this column as a lover of wine rather than any kind of "objective" critic, and just hope that my subjective experience resonates with yours. This approach continually presents the danger of self-absorption, but my own experience is in the end all I can trust, so I take that risk.

I've come to these what's-it-all-about contemplations tasting the latest vintage of Puydeval, a red wine that has become something of a legend in recent years.

It's not a legend because it's boutique-y, rare or dear. Its importer, Handpicked Selections' Dan Kravitz, has made his name finding inexpensive wines of true character (some of the better known: Arco Iris, Cuvee de Pena, Plan Pegau, Domaine Cabirau and La Noble) and making them widely available. Kravitz joked to me last year that the Great Recession is one of the best things that happened to his business. His importation and marketing of Puydeval might be a close second.

The Puydeval 2009 is available for $12 or $13, and if your wine shop doesn't have this wine, it's either woefully ignorant or perversely contrarian. Many of you probably don't even need this column to alert you to it.

The Puydeval legend obtains, first and foremost, because the wine is delicious. Also, the wine is made from an unlikely blend of majority Cabernet Franc (one of my favorite sleeper red-wine grapes), syrah and merlot, and has a truly distinct character -- a character tethered to genuine terroir, although the wine is made in a region not known for distinctive soil, climate or artisanal attitude.

Puydeval is a Vin de Pays d'Oc, a "country wine" from the Languedoc, which has for decades been known as the primary source of France's (and Europe's) "wine lake" as it pumped out gigagallon after gigagallon of inexpensive – and usually ugly – plonk. The region, in France's hot southwest, still produces one-third of that country's wine and is the largest wine-producing region in the world.

Recently, though, winemakers have elicited ever more quality from the Languedoc, and ever more distinct AOCs – classified winemaking regions with certain yield maximums, varietal limitations and other quality-control measures – have been drawn up to keep pace. Offer me a Corbieres, Minervois or Pic St.-Loup, and I'm thrilled at the genuine prospect of something interesting, inexpensive and expressive.

I'm also drawn to the distinct profile of many of those wines, because they're usually unpredictable and equine: horsehide mouthfeel, leather-and-barn aromas, distinct notes of a horse's hindquarters. I prefer such Languedocs, with their earthy, family-farm character and tangled, undulating texture.

This is not an objectively better style of wine; it's not in closer contact with The Divine, or even The Good, than any other. Just because a wine is brambly, unhinged or sneakily weird doesn't make it more worthy, more important or more serious – even if wine professionals praise it for their own personal-pride reasons.

Puydeval, for all its merits, is not one of those wines. Its genius lies in its unabashed polish – though a polish that has not forsaken its backwoods Languedoc pedigree. Puydeval is just about the closest I come to liking a wine from California. I mean, yes, it's French – but it's not too French. Its fruit is ripe and luxurious.

The syrah has little pepperiness, taking on instead that mesmerizing grape's West Coast profile of potent, deep black fruit. (The generous licorice belongs to both continents.) The finish is ebullient rather than brooding. Instead of the underside-of-the-saddle, rough-hewn texture I love, Puydeval's frame is enrobed in merlot mink. (I enjoyed the Puydeval more the day after opening it, when the merlot's dust and Cab Franc's gritty herb-and-garlic-steak-rub seized the upper hand.)

This is terrific wine, and we're lucky it exists. Puydeval is real, it's unusual, and it invites repeated attention while remaining unthinkingly fun. And it's not quite my thing. But I hope it's yours.

 http://www.pressherald.com/life/foodanddining/latest-vintage-adds-to-puydevals-legend_2011-01-19.html

Posté par jeff carrel à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13 avril 2011

LES AMERICAINS EN PARLE POUQUOI PAS VOUS

2009 Puydeval Rouge 90 pts.
(France, Languedoc Roussillon, Vin de Pays d'Oc) $13-$17
A unique blend of 62% Cabernet Franc, 28% Syrah, and 10% Merlot, aged for 10 months in oak, the 2009
Domaine Puydeval Vin de Pays d'Oc represent a fantastic value, as well as a surprisingly polished, rich
expression of Cabernet Franc. From cooler plots, this delivers lush and upfront aromatics of blackberry and
darker fruits supported by classy oak, dark chocolate, and pipe tobacco on the nose. Over the evening, the
upfront fruit gives way to more spice, licorice, and underbrush nuances. Outstanding on the palate as well,
this medium+ bodied beauty has loads of ripe fruit, a juicy, fresh texture that stays light and balanced, and
a clean, well-defined finish.
Overall, this is a fantastic, unique wine, and while I don't have anything to
reference with regarding aging, I don't see any reason this won't continue to show well for 5-8 years.
 

 

Et aussi, http://www.questcequonboit.fr/?p=875

 

 

2010 Villa des Anges Old Vines Rosé 90 pts.
(France, Languedoc Roussillon, Vin de Pays d'Oc) $9-$12
Made all from old vine Cinsault and hardly warranting the Rose label due to its very light, salmon color, the
2010 Villa des Anges Vin de Pays d'Oc Old Vines Rose proves that color has nothing to do with intensity, as
the wine delivers gorgeously pure aromatics of peach and light strawberry fruits that are kept fresh and lively
by edge minerality, wet stone, and spice notes. Perfumed on the nose, with piercing intensity, the wine is medium
to light body on the palate with a pure, focused texture, racy acidity, and a clean, downright gulpable personality
that keeps you coming back for another sips. Similar to the bowl of tortilla chips that you just can't stop eating,
I almost subconsciously poured multiple glasses of this while tasting through a number of Roses. Perfect for a
hot summer day, or for starting a meal, this is a wine to buy by the case for drinking over the coming summer.

 

 

Posté par jeff carrel à 17:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Quand LE nature dénature

Une poignée de truc’iste, bidouill’iste et machin’iste nous explique depuis quelques années, poussée en avant par des Bruno Q. et Marc S. et autres gourous, qu’il faut s’effacer devant Dame Nature.

D’abord limité à un microcosme qui se bornait au 8ème arrondissement parisien, ce laisser faire plutôt que le savoir faire c’est répandu, porté d’abord par un « les vins natures c’est bon pour la biture : chéri(e), avec ces vins je n’ai jamais mal à la tête » ; Des défauts gustatifs se sont proclamés «  styles », justifiant :  colle scotch( acétate), suint de cheval, gouache (Brett), pomme blette, foin mouillé (oxydation), couleurs en vrille (casses en tout genre: protéique,férique cuivrique,oxydasique), moisis (il y a tout un panel), tartre sec, ciment (vieux contenants en tout genre), joint silicone de baignoire (acétique, vinaigre) et en plus de cela en dévoyant la pensée d’un scientifique de renom Mr Jules Chauvet, comme les intégristes la Bible ou le Coran, car trop presser de les assener comme vérité plutôt que de les comprendre, en ont-ils les moyens ?

Quand certains s’acharnent tout au long de leur vie de vigneron, vinificateur et autres acteurs  à préserver le fruit originel : ces aromes primaires du raisin mur que l’on goute avant vendange, les aromes secondaires de macération et de fermentation cher à Mr Jules, à porter au pinacle tout cela par un élevage soigné garant d’une belle évolution et d’une révélation des aromes tertiaires marqueurs des terroirs, ces gens là osent tout, et comme disait Audiard…

J’ai un profond respect pour ceux qui à force de travail, d’expertise, d’écoute, d’échange enfin de tout ce qui fait le bonheur de faire ce métier, partent d’un terroir pour en faire un vin. Lundi dernier à Bordeaux lors de la présentation des primeurs, j’ai eu l’occasion de déguster quelques 2010 dans un salon Biodyvin , là, pas de vins « stylés » (voir plus haut). Par respect pour tous ces gens, SVP, arrêté de consommer des vins dont les défauts font la qualité.

Comme trop de bois, comme trop de techno, LE nature dénature.

Posté par jeff carrel à 15:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

15 décembre 2010

Quand un journaliste français, grand critique des vins de France, accède au média généraliste (la Télé !)

L’exercice est difficile, il faut convaincre en quelques minutes, le fait d’être là crédibilise, alors ne faire qu’une chose, ne pas dire, ne pas faire, de connerie.

D’abord l’attitude, sénatoriale ! Ensuite le verbe, simple, précis, de l’humilité : « je connais le moindre centimètre carré de ce pays » et enfin l’accord parfait : « la volaille avec un blanc corsé d’Alsace » Patatraque ! La boulette ! La chienlit ! Corsé parce que renforcé à l’alcool, corsé parce qu’épicé, corsé parce qu’il a du corps, corsé car complexe, corsé : fait par un Corse…Ou alors ai-je mal compris, un blanc d’Alsace corset : pour tenir le poulet.

J’arrête là avant que le grand critique me croque.

Posté par jeff carrel à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


12 novembre 2010

le POP et la rondelle

Alors voilà, nous y sommes, encore un dilemme, est ce que nos concitoyens sont pour ou contre la capsule à vis, sont ils prêts ! mon dieu ?! une goutte perle à mon front devant une telle question, relayant la paix dans le monde loin derrière.
C’est assez simple, comme pour une bouteille bouchée avec un bouchon, il faut avoir les 2 mains libres…

Ah oui, j’oubliai, dans la capsule à vis, l’important c’est la rondelle, le petit chose au fond de la capsule, c’est elle la responsable de nos angoisses, nous laissera-t-elle passer, le petit peu d’oxygène nécessaire, parait-il, à l’évolution de notre divin breuvage. Et bien cela dépend de sa nature, comme dans tout il y a des rondelles faciles et d’autres plus fermes dans les positions.
Il faut choisir sa rondelle, mais aujourd’hui, la capsule est monogame, et nos fournisseurs nous proposent le téflon, là pas d’erreur, c’est nothing, toi le vin tu n’auras pas d’oxygène.

Revenons à nos ovidés, une préparation psychologique et un séminaire de sophrologie plus tard abordons cette quille de jaja, pinard, picrate, et autres purins, bouchée d’une capsule à vis.
En fait vous l’avez compris, il faudrait plutôt dire coiffée d’une rondelle comprimée par une capsule à vis, screw cap in english.

Les 2 mains libres, l’œil brillant, si vous êtes droitier, prendre la bouteille dans la main gauche fermement, attraper d une main sûre le support de la rondelle, dans une rotation faire craquer la capsule et voilà c’est fait vous avez ouvert une bouteille avec capsule à vis.
Et là, la frustration!! vous n’avez pas entendu le POP, le bruit magique qui étanche la soif et nous détruit le foie : voilà ce que je conseil, dans une soirée, pour lancer les festivités, ouvrez la première bouteille avec un bouchon classique ensuite passer à la capsule à vis de toute façon il y a déjà trop de bruit et manipuler un tire bouchon cela devient périeux.
Pour les autres et en particulier les sommeliers dont on supprime la plus grande partie du travail, qui de plus s’acharne depuis des années à ne plus faire de bruit en ouvrant les bouteilles: sous prétexte que c’est plus classe, une technique, qui fera l’admiration de vos voisins, convives et clients, peut être une place dans le grand cabaret. Prenez votre bouteille sous le bras gauche, sous l’aisselle, index gauche dans la bouche et au moment du crac, faites POP avec le doigt, plus simplement vous pouvez mettre la bouteille entre vos jambes, mais c’est pas classe du tout de craquer la capsule de la sorte pour faire sauter la rondelle.
Moralité, POP ou rondelle, c’est à l’ouverture (de l’esprit) que l’on reconnaît le (grand) vin.

Posté par jeff carrel à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2010

JEFF CARREL PARISIEN

J'appelle les sommeliers, les journalistes, les sans soufre, les alcooliques mondains, les jeunes, les vieux, les artistes, les bios, les pas bios, les avec, les sans, les piétons, les chauves, les chevelus, les cyclistes, tous ceux qui n’ont d’autres à faire de mieux à venir me voir LE SAMEDI 20 Novembre, à passer s’inscrire aux caves du roy http://www.cavesduroy.fr/ 31 rue Simart / Paris 18 (ils sauront alors pourquoi) et à colporter la nouvelle.

Jeff Carrel

Le seul qui n’a pas de raison de mentir

Posté par jeff carrel à 20:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2010

Jus de mouts, paroles et chanson.

C’est étrange, je n’sais pas ce qui m’arrive ce soir.

Il y a encore quelques (dizaines) années, il y avait les rosés de Provence, à base de raisin, et de congés payés,  les clairets, ersatz de rouge, saignée de grands raisins de grands bordeaux dilués, ou souvenir des bordeaux du 19ème, l’Anjou avec son sucre (de betterave ou de canne), et autres Riceys (ou quand on ne peut faire de rouge…) et le sud avec ces rosés pelures d’oignon venus de l’autre rive.

Encore des mouts, toujours des mouts, les mêmes mouts

Puis il y eu le rosé de partout et nulle part, à base de levures sélectionnées, BJL, AML 7, RB4, X5 et autres K1. Du rose foncé bleuté de la syrah à la pale couleur du rosé des sables, le même nez fermentaire, bonbon anglais, mélange de vernis et de fruits, hyper puissant et hyper chiant comme un yaourt aux fruits sans fruits.

Des moûts faciles, des mouts fragiles

Alors est arrivé la couleur pâle presque blanche des cotes de Provences qui vendent cher, à base de show-biz et de paillette, de charbon et de gélatine, c’est pâle donc léger et justifie mon alcoolisme mondain, relayé par une presse qui n’en est pas une, la tendance envahie les rayons et impossible de faire autrement que de proposer des rosés pâles.

charbon, gélatine et pvpp

Jusque là cela tient, dernière évolution, après la recherche d’une fraîcheur qui n’était qu’aigrelette, pour plaire à nos amis acheteurs d’opérette (c’est pour la rime…), il faut en son milieu, le rosé dans sa bouche soit un peu grassouillette afin que de finir ses convives pompettes.

Paroles, paroles, paroles

Et maintenant, c’est la recette, des raisins pas trop murs, un rendement un peu haut, on presse, on ne garde que les premières presses, la cuvée en champagne, on écarte les fins de presse trop colorées et trop tanniques, on fermente à température pas trop basse, surtout ne pas faire techno, un peu de charbon pour caller la couleur, un peu de pvpp pour enlever les tanins. Fin de fermentation, pas d’élevage sur lies totales pour ne pas faire lourd, 2/3 relogé en cuve Malo bloquée sans lies avec un peu de bentonite pour enlever les protéines, 1/3 relogé avec toutes les lies fines. (Proportion différente suivant l’envie).

Paroles, paroles, paroles, paroles, paroles,

Voici venu le temps du Sorcier Malofette, il  sort de son antre pour nous annoncer l’entrée dans l’hiver et la promesse d’un bel été, ce 1/3 passe par ces mains pour offrir ce petit ventre rond à ce rosé, le sucré (sans sucre !) enfantin qui excite les papilles comme avec les bonbons aux fruits acidulés, suivant les années il sera fraise ou framboise, peut être cassis et citron jaune. On assemble et on filtre, la mise se fera en janvier.

Encore des paroles que je sème au vent

Et voilà, votre rosé de l’été, exactement ce que vous recherchez, de toute façon il finira coupé à l’eau plate ou gazeuse comme une fine ou sur glaces pilées, en pré-mix : sirop de pamplemousse, limonade et rosé.

Posté par jeff carrel à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 octobre 2010

Morillon Blanc 2008, pour une petite huite

A Nouveau Millésime Nouvelle Attitude, faire plus que l'apéro avec le Morillon Blanc

Ingrédients  (pour quatre)

4 cuisses de poulets, 1 oignon, 1 carotte, 1 blanc de poireau, 1 branche de céleri, ail, thym, laurier, beurre, farine, petit pot de crème fraiche, cubor ou cube magie, 1 (2) bouteille(s)de Morillon Blanc (Cf. pour quatre, mais qui ? car il faudra compter sur le verre à moutarde et les 3 convives qui boirons l’apéro avec vous alors combien de quille, 1 ce sera juste, 2 à peine raisonnable, 3 à ne pas faire…)

Alors là c’est parti !

Couper les cuisses de poulet en deux, les saler et les poivrer, les garder dans une assiette ou un petit saladier.

Faire chauffer ½ litre d’eau avec du cubor ou cube magie pour faire 1/2 litre de bouillon de volaille, puis garder le bouillon dans la casserole en attendant de l’utiliser en dehors du feu.

Laver les légumes et les couper, l’oignon en quatre de la taille de la moitié d’une balle de tennis, le blanc de poireaux en rondelles de 1cm env. ainsi que le céleri, la carotte dans le sens de la longueur en quatre et ensuite en rondelles de 1cm env., les rincer, les égoutter et les garder à coter de soi dans un saladier.

dans une cocotte en fonte ou à défaut une cocotte seb un peu de beurre (1 tranche de 1 à 2cm sur une plaquette de 250g suivant comment on aime) feu vif ou plaque à fond quand cela pétille mettre les morceaux de poulet jusqu’à ce que la peau soit coloré, alors verser un verre à moutarde de Morillon Blanc, puis ajouter le bouillon de volaille et les légumes, cuire à petit bouillon pendant 20 minutes.

Alors enlever les cuisses les mettre dans une assiette filmer ou mettre une autre assiette à l’envers dessus, passer le bouillon à l’égouttoir et le récupérer dans un saladier (garder ou ne pas garder les légumes c’est comme on veut). Laver la cocotte et les copains arrivent donc l’apéro commence (Cf. 1(2) bouteille(s))

Le Final :

Faire Cuire le riz et pendant ce temps discuter en cachette avec votre pote ou potesse dans la cuisine avec un fond de verre de morillon blanc  (rester concentrer !):

Dans la cocotte,

Mettre un peu de beurre (1 tranche de 1 à 2cm sur une plaquette de 250g suivant comment on aime)

2 cuillères à soupe de farine,  remuer avec une cuillère en bois jusqu'à obtenir une pâte à peine homogène, ajouter le bouillon (pour ne pas avoir de grumeaux, mettre un coup de mixeur dans la cocotte sinon ce n’est pas grave vous ferez mieux la prochaine fois !), porter à ébullition gouter la sauce : sel poivre, et ensuite mettre le petit pot de crème fraîche remuer, re gouter : sel poivre et quand c’est homogène mettre les morceaux de poulet, laisser mijoter le temps de faire venir les convives à table. Je sais, pas d’entrée mais cela fait 2heures que vous picorez à l’apéro alors le plat en direct c’est mieux pour vous. Avec un riz blanc simplement.

Vous avez faim, je sais ((Cf. 1(2) bouteille(s)) !

Recette ré écrite par Jeff Carrel, sur une idée originale de Nicolas Brousse Chef Cuisinier http://www.viamichelin.fr/web/Restaurant/Narbonne-11100-Le_Petit_Comptoir-18052-41102 qui m’a fait la surprise de me mijoter ce plat à la sortie du Nouveau Millésime de Morillon Blanc.

Posté par jeff carrel à 18:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 août 2010

Quand les Pieds Nickelés rencontre les Marx Brothers

Depuis quelques jours beaucoup d’agitation autour de la presse viticole française et du sujet à la mode les FAV, beaucoup de réaction de pro, commerçant pour la plus part, quelques amateurs mais peu de producteurs. J’ai hésité à réagir Cf. mes propos ci dessous.

Messieurs les commerçants et autres amateurs éclairés, si les FAV qui mettent avec les vendanges une fois dans l’année les vins à l’honneur dans tous les médias vous dérangent, changer de métier, changer de passion. Si vous trouvez dans les rayons des vins de certains de vos producteurs préférés dites vous que vous n’avez pas fait votre travail pour qu’il n’y en ai plus à la propriété ou sinon que certains d’entre vous font du parallèle, ou mieux encore, que le vigneron travail en toute transparence avec la GD garantissant des prix de ventes équivalents aux vôtres et considérant que vous ne vous adressez pas au même public lui permet de rencontrer d’autres consommateurs ce qui ne serait pas une mauvaise chose pour lui, comme pour vous…comprenne qui pourra . Malgré tout cela signifie que ces vins ont atteint une notoriété, dont vous êtes peut être à l’origine, mais aujourd’hui vous dépasse pour appartenir au grand public et plus à votre microcosme (n'est ce pas cela la notoriété). Pour les autres vins, je ne connais pas un vigneron qui ne serait heureux d’y participer. Quand à la presse viticole française qui cachée derrière son indépendance ne veux pas ouvertement jouer les prescripteurs/vendeurs (qui a déjà lu un article disant, putain j’ai aimé, achetez ! vite !)  à l’inverse de la presse anglo-saxone, elle s’adresse a si peu de monde…un article ou un encart dans télé 7 jours ou sur un prospectus de la GD pour une FAV est tellement plus efficace pour la notoriété, vu à la télé ! vu en FAV !

Posté par jeff carrel à 19:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,